pict11



Regarde c'est pas compliqué tu cliques là et hop c'est installé tu vas voir msn c'est génial ça te permet de faire plein de rencontres et de garder le contact avec ceux qui sont loin ça n'a que des avantages c'est un couloir rempli de portes ouvertes tu dis que t'es pas tenté par ce genre de choses que c'est creux et que ce type de rencontre sonne faux parce qu'on reste dans une sphère virtuelle t'as pas l'air convaincu même si au fond je suis certaine que tu vas vite devenir accro...


Mais alors bordel.
Pourquoi je t'ai tendu la seringue. Pour que tu te piques le bras avec.
Puisque je connaissais la suite du scenario ?


Avant.
Tu méritais que le mot humain suive le terme être.
Oui, tu étais plus humain que n'importe qui.
Toujours attentif. Présent. Prêt à partager et à découvrir.
Tu croyais en certaines valeurs.
Tu allais vers les autres avec ce naturel qui t'allais si bien.
Cette spontanéité qui faisait ton charme.
Tu ne faisais pas semblant d'être
[ quelqu'un d'autre ]
Tu étais.
Tout simplement.

Aujourd'hui.
Tu te fais présent par ton absence.
Ton rire n'a plus d'écho.
Tu parles de la pluie. Du beau temps. Du boulot.
Comme si on était des étrangers.
Ou des vieux qui mangent leur potage devant la télé.
Tu collectionnes des minettes sur msn.
Leurs mains. Leurs fesses.
Comme des figurines sur une étagère.
Et comme un gamin avec son nouveau jouet,
C'est tout ce qui t'intéresse.
Tu as perdu l'ouïe et la vue.
Tu n'es plus.

Tu es devenu ce que tu condamnais.
Tu te dis sincère.
Mais tu joues la comédie.
Avec elles.
Avec toi.
Avec moi.

Entre nous.
Il n'existe plus qu'un écran d'incompréhension.


[ ... ]


Avant.
Tu possédais le reflet irisé si particulier de l'opale.
A présent.
Tu n'es qu'un passant lambda dans une ruelle vide.

C'est cette perte-là.
Qui se veut si pesante.
Dans mon estomac.


Un jour.
J'irai déposer des chrysanthèmes en souvenir de Toi.
Quand j'aurais la force d'accepter.
Que tu as changé.

Et qu'on ne se retrouvera pas.




music box : Kaolin > Partons vite
picture box : me*

head box : t'es où ? Putain t'es où quand j'ai besoin de Toi ?!