pict5



[ Ouais je sais / C'est juste des mots encore une fois / Pour te brailler que je suis encore là / Que j'ai p't'être pas grandi / Mais qu'au moins je souris / Pour de vrai ]


La Prochaine.
Elle n'a pas de prénom. Pas de visage non plus.
Et pourtant elle me hante.
Elle m'étouffe.

Elle sera sûrement parfaite.
Belle. Avec un corps idéal.
Sportive.
Avec un bon boulot.
Pour se payer des voyages à l'autre bout du monde.
Parce que évidemment, elle aimera voyager.
Elle rêvera d'aller au Brésil.
Comme toi.

Elle n'aura rien qui dépasse.
Une fille bien sous tous rapports.
Comme on aime en présenter à ses parents.
Une mère parfaite pour tes futurs enfants.
Stable. Sérieuse.
Pas fantaisiste pour un sou.
Surtout pas.

Elle sera tout le contraire de moi.
La Prochaine à tes côtés.
Ou l' Actuelle.
Peut-être.

Celle que je refuse de connaître ou de croiser.
Celle sur qui j'exercerais volontiers tous les moyens de torture mis au point dans un recoin de ma tête.
En silence. Depuis tant d'années.
Celle qui me rend dingue.
Et qui m'a fait devenir ce que je déteste.
[ jalouse. amère. terne. triste. pathétique ]
Celle qui m'a volé mon sourire.
Le reste aussi.


[ J'ai tant maudit la vie / Je t'ai maudit aussi / Avec un coeur baveux et aigri ]


Il y a tellement de choses que je ne t'ai jamais dit...
Parce que je n'ai pas eu le courage.
Pas le courage de te dire que je t'en veux.
Que je t'en veux de ne pas m'avoir laissé une chance.
Une chance de vivre quelque chose de fou.
D'aller au bout avec toi.
Sans se cacher.
Au lieu de faire semblant.

Toi.
Tu as préféré tout arrêter.
Avorter une relation qui avait à peine germée.

Alors qu' Elle...
Elle aura droit aux étoiles qui brillent dans tes yeux.
A tes mots d'amoureux.
Elle vivra au soleil ce à quoi j'ai à peine goûté dans l'ombre.

Je la hais.
Je te hais.
Je t'aime.


[ L'Amour me fait la gueule un peu plus chaque matin / Et la vie me sourit oui mais que d'un oeil / Tu m'diras, c'est mieux que rien ]


Aujourd'hui je pars.
Chercher un nouveau souffle.
Quelque part.
Avec l'impression de faire sauter la goupille d'une grenade.
Avec l'impression qu'à présent
Il n'y aura plus de retour possible.



*     *     *     *     *


Petite absence d'un mois.
Je vous laisse les clés sous le paillasson.
Comme d'habitude.
Merci de nourrir le chat.
Et d'arroser les plantes vertes.

Je passerai sûrement semer des mots ici ou là quand même.
Bien à vous,

Mam'zelle Roüge.




mots crochetés : Les Tit' Nassels > Je sais
music box : Karpatt > Le fil
picture box : gnato

head box : déjà loin